Page 18 - Demo
P. 18

52
2. LA RÉVOLUTION «WEST SIDE STORY»
OEUVRE À REDÉCOUVRIR :
L'ÂUVRE DE CHEVET DE LEONARD BERNSTEIN : THE CRADDLE WILL ROCK
CREATION 1928, Berlin
REPRESENTATIONS
350 représentations avant la  n de 1930, le plus grand succès théâtral sous la République de Weimar. Première représentation en France en 1930
AUTEUR Bertolt Brecht
COMPOSITEUR
Kurt Weill
ACTEURS PRINCIPAUX
Lotte Lenya (JENNY),
Kurt Gerrron (TIGER BROWN)
MISE EN SCENE
Erich Engell
(1956) de Voltaire. Leonard Bernstein conçoit cette partition comme une lettre d’amour à la musique européenne et multiplie gavottes, mazurkas, polkas et valses, un hommage
à Gilbert et Sullivan (les « Offenbach » de Grande-Bretagne), quelques ballades... Le fameux air de Cunégonde qu’il compose,
« Glitter and Be Gay », parodie l’air des bijoux de l’opéra Faust de Charles Gounod. Il rajoute même pour la jeune comédienne Barbara Cook une multitude de contre-ut sur mesure.
Cette œuvre demeure la plus aboutie et sophistiquée de Leonard Bernstein, un petit bijou d’humour et d’ironie sur les aventures improbables d’un jeune naïf qui retombe toujours sur ses pieds, et dont le  nal reste  dèle aux écrits de Voltaire : « Let our Garden Grow » (cultivons notre jardin) est entonné en chœur par les tous les comédiens sur scène.
EAST SIDE STORY
En 1949, Leonard Bernstein écrit dans ses notes: «Jerry R. m’a appelé aujourd’hui pour évoquer une idée formidable : une version moderne de Roméo et Juliette se déroulant dans un quartier dif cile au cours des fêtes de Pâques et de la Pâque juive. Flambée d’émotion entre juifs et chrétiens. Les premiers étant
les Capulet, les autres les Montaigu. Julia est juive et Lorenzo est un chrétien habitant dans le voisinage. Les batailles de rue, un double
meurtre, toutes les composantes sont là. Mais tout cela est toutefois moins important que la véritable révolution qui consiste à raconter une histoire tragique en employant les techniques de la comédie musicale sans pour autant tomber dans le piège de l’opéra. Un tel projet peut-il réussir ? Jusqu’à présent personne n’a réussi. »
C’est le comédien Montgomery Clift qui avait initialement glissé à Jerome Robbins cette idée de revisiter en Amérique Roméo et Juliette de Shakespeare avec les émotions modernes des adolescents sous le titre East Side Story. Le librettiste Arthur Laurents, remarqué pour sa pièce de théâtre Home of the Brave (1945) sur les mémoires d’un soldat bafoué à l’armée,
est approché. Mais tous achoppent sur le déroulement de l’intrigue, son agressivité, voire sa vulgarité. Alors que Leonard Bernstein s’éloigne du théâtre musical, le projet s’endort.
C’est en 1955, en devisant au bord d’une piscine à Los Angeles que Arthur Laurents, alors scénariste à Hollywood, et Bernstein, qui s’apprête à diriger un concert, réactivent le projet. Ils lisent dans le journal un article sur
la guerre des gangs interethnique qui fait rage sur la côte ouest des États-Unis. Ils proposent de resituer l’histoire dans le quartier d’Upper West Side de New York où se rencontrent régulièrement Portoricains et Américains. Laurents propose d’évoquer dans un livret hyperréaliste la vision tranchée que portent les
Dans les années 40, les producteurs et auteurs de comédie musicale se tournent vers des romans
forts et aux thèmes sociaux et les adaptent en comédie musicale. Il y eut Carousel, Oklahoma, le
roi et moi par Rodgers et Hammerstein.1952 : le producteur Gabriel Pascal approche Alan Jay Lerne : « Je souhaiterais faire une comédie musicale de Pygmalion, le livre de George Bernard Shaw, cette histoire qui raconte l’élévation sociale d’une petite vendeuse de violette de Covent Garden par la grâce d’un britannique misogyne. L’auteur a toujours
refusé une telle adaptation de son vivant, mais maintenant qu’il a disparu, plus rien ne l’empêche
et je souhaiterais que vous l’écriviez avec Frederik Loewe ». Cole Porter, Rogers et Hammerstein,
Irving Berlin, Frank Loesser, avaient déjà refusé la proposition mais Alan Jay Lerner accepte après avoir écrit le scénario du  lm "Un américain à Paris".
Après un timide premier essai Life of the party salué par la presse, leur premier grand succès en 1947 est Brigadoon, un récit original situé en Ecosse autour d’un village qui prend vie un seul jour tous les cent ans. L’histoire est inspirée à la fois par les œuvres de JM Barrie, le créateur de Peter Pan, et par un roman allemand « Germelshausen » de Friedrich Gerstäcker. C’est l’histoire de deux touristes américains qui tombent par hasard sur ce petit village éveillé le temps d’un jour et dont l’un tombe amoureux d’une habitante. Ballets et mélodies enchanteresses ponctuent le spectacle dont l’un des points d’orgue immortalisé au cinéma par Gene Kelly est la chanson « The heather on the hill », chanson autour du sentiment amoureux servi au cinéma par la voix douce et  uette du danseur athlétique.
Dans les années 40, les producteurs et auteurs de comédie musicale se tournent vers des romans forts et aux thèmes sociaux et les adaptent en comédie musicale. Il y eut Carousel, Oklahoma, le roi et moi par Rodgers et Hammerstein.1952 : le producteur Gabriel Pascal approche Alan Jay Lerne : « Je souhaiterais faire une comédie musicale de Pygmalion, le livre.
Dans les années 40, les producteurs et auteurs de comédie musicale se tournent vers des romans forts et aux thèmes sociaux et les adaptent en comédie musicale. Il y eut Carousel, Oklahoma, le roi et moi par Rodgers et Hammerstein.1952 : le producteur Gabriel Pascal approche Alan Jay Lerne : « Je souhaiterais faire une comédie musicale de Pygmalion, le livre.
immigrés portoricains sur leur terre d’accueil. Et aussi sur le fait que certains aiment l’Amérique, mais pas tous. Leonard Bernstein écrit : « Soudain, tout prend vie : j’entends des rythmes, des pulsations, et avant tout je peux me faire une idée de l’architecture de la pièce. »
1. L’opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, Moscou 1930 © Getty / Sojus-Foto, Imagno
2. L’opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, Moscou 1930 © Getty / Sojus-Foto, Imagno
3. L’opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, Moscou 1930 © Getty / Sojus-Foto, Imagno
4. L’opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, Moscou 1930 © Getty / Sojus-Foto, Imagno


































































































   16   17   18   19   20