Page 35 - Demo
P. 35

CHAMPAGNE ET RKO
Les  lms musicaux les plus séduisants des années 1930 proviennent d’un petit studio qui produit Citizen Kane de Orson Welles. À la RKO, on embauche les grands compositeurs de Broadway – Irving Berlin, Jerome Kern, George Gershwin –, et on crée des comédies hilarantes où les quiproquos s’enchaînent et les numéros musicaux apportent une épaisseur à la narration. Des bulles de champagne avec Fred Astaire et Ginger Rogers.
comédies musicales pour le cinéma.
Historiquement, la RKO connaît son premier succès avec Rio Rita (1929), une comédie musicale inspirée d’un succès de Broadway. Le studio continue à investir ce territoire avec des comédies musicales assez ambitieuses comme Hit the Deck (1929), mais ces premiers  lms sont jugés médiocres. David O. Selznick, recruté à 29 ans pour diriger la production du studio, y reste peu de temps, mais imprime
sa marque. Il choisit Van Nest Polglase, un directeur artistique qui supervisera tous les  lms, et approuve l’essai  lmé d’un acteur danseur de Broadway de 30 ans à la calvitie naissante, Fred Astaire. Il note : « Malgré ses énormes oreilles et une ligne de menton peu attirante, il dégage un énorme charme. »
LA CARIOCA
C’est le début d’une nouvelle carrière
pour Fred Astaire venu de Broadway et du renouveau de la RKO. Une simple petite
scène dans un second rôle où il danse front contre front avec Ginger Rogers, une autre actrice du studio, fait sensation dans le  lm Carioca (1933), dont les têtes d’af che sont Dolores del Rio et Gene Raymond. Ce numéro intitulé « The Carioca », sexy, charmant, plein de sous-entendus et d’une durée de dix-
sept minutes, est chorégraphié par le  dèle assistant de Fred Astaire, Hermes Pan. Il est interprété par 32 girls et 32 hommes habillés de noir ou de blanc dans une scénographie
qui joue sur ces variations bichromatiques
dans un décor d’hôtel Art déco. La chanson
est nommée aux Oscars parmi les meilleures chansons de l’année. Ce numéro en fait du jour au lendemain des stars : le  lm rapporte un demi-million de dollars au studio, qui décide
de construire autour de ces deux acteurs un ambitieux programme de  lms musicaux. On développe pour eux des  lms dont ils seront les têtes d’af che, à commencer par La Joyeuse divorcée (1934), inspiré de la comédie musicale de Cole Porter Gay Divorce, et dans lequel Fred Astaire immortalise la chanson « Night
and Day». C’est le premier d’une série de  lms construits sur le même modèle scénaristique : un coup de foudre entre les deux têtes d’af che, quelque chose qui les empêche de consommer cet amour, et des quiproquos qui s’enchaînent à foison.
Mais le studio RKO est plus modeste que
ses concurrents. Les  lms au budget plus
limité sont tournés dans des décors Art déco contemporains modernes et moins coûteux.
Ils sont supervisés par Van Nest Polglase qui soigne les lignes architecturales blanches
ou claires, et empruntent aux codes de la Screwball comedy, ces comédies américaines absurdes où le débit de paroles est important et où les quiproquos sont légion, des  lms qui « reposent sur un accord délicat du “nunsense” et du romanesque » .
1. L’opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, Moscou 1930 © Getty / Sojus-Foto, Imagno
2. L’opéra de quat’sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, Moscou 1930 © Getty / Sojus-Foto, Imagno
Cas unique, la RKO naît véritablement avec
et pour le cinéma parlant en 1928. La maison mère, Radio Corporation of America, veut commercialiser ses brevets de cinéma sonore et crée de toutes pièces une major qui intègre tous les métiers de la profession. Le studio
explore des territoires créatifs ambitieux, produit l’audacieux King Kong (1933) avec la marionnette de Ray Harryhausen, et Citizen Kane (1941) de Orson Welles. Ses  lms musicaux intègrent pleinement dialogues, chants
et danses dans de véritables créations de
2. LA RÉVOLUTION «WEST SIDE STORY» 69


































































































   33   34   35   36   37