Page 42 - Demo
P. 42

76
2. LA RÉVOLUTION «WEST SIDE STORY»
RÉALISATEUR :
STANLEY DONEN ET VINCENTEMINNELLI, RÉALISATEURS
Dans les années 40, les producteurs et auteurs de comédie musicale se tournent vers des romans forts et aux thèmes sociaux et les adaptent en comédie musicale. Il y eut Carousel, Oklahoma, le roi et moi par Rodgers et Hammerstein.1952 : le producteur Gabriel Pascal approche Alan Jay Lerne : « Je souhaiterais faire une comédie musicale de Pygmalion, le livre de George Bernard Shaw, cette histoire qui raconte l’élévation sociale d’une petite vendeuse de violette de Covent Garden par la grâce d’un britannique misogyne. L’auteur a toujours refusé une telle adaptation de son vivant, mais maintenant
Dans les années 40, les producteurs et auteurs de comédie musicale se tournent vers des romans forts
et aux thèmes sociaux et les adaptent en comédie musicale. Il y eut Carousel, Oklahoma, le roi et moi par Rodgers et Hammerstein.1952 : le producteur Gabriel Pascal approche Alan Jay Lerne : « Je souhaiterais faire une comédie musicale de Pygmalion, le livre de George Bernard Shaw, cette histoire qui raconte l’élévation sociale d’une petite vendeuse de violette de Covent
Garden par la grâce d’un britannique misogyne.
fatiguée. Les deux scénaristes, Adolph
Green et Betty Comden, ont une idée de génie : quitte à devoir utiliser des chansons contemporaines, pourquoi pas une histoire qui se déroule à la même époque, lorsque
les microphones font leur apparition sur les plateaux de cinéma ? Bien sûr, dans le  lm les acteurs ne savent pas parler et chacun suit des cours de diction. C’est l’occasion unique de montrer la folie de ces années-là, lors du
L’auteur a toujours refusé une telle adaptation de
son vivant, mais maintenant qu’il a disparu, plus rien
ne l’empêche et je souhaiterais que vous l’écriviez avec Frederik Loewe ». Cole Porter, Rogers et Hammerstein, Irving Berlin, Frank Loesser, avaient déjà refusé la proposition mais Alan Jay Lerner accepte après avoir écrit le scénario du  lm "Un américain à Paris". Après un timide premier essai Life of the party salué par la presse, leur premier grand succès en 1947 est Brigadoon, un récit original situé en Ecosse autour d’un village qui prend vie un seul jour tous les cent ans. L’histoire est inspirée à la fois par les œuvres de JM Barrie, le créateur de Peter Pan, et par un roman allemand « Germelshausen » de Friedrich Gerstäcker. C’est l’histoire de deux touristes américains qui tombent par hasard sur ce petit village éveillé le temps d’un jour et dont l’un tombe amoureux d’une habitante. Ballets et mélodies enchanteresses ponctuent le spectacle dont l’un des points d’orgue immortalisé au cinéma par Gene Kelly est la chanson
« The heather on the hill », chanson autour du sentiment amoureux servi au cinéma par la voix douce et  uette du danseur athlétique. Dans les années 40, les producteurs et auteurs de comédie musicale se tournent vers des romans forts et aux thèmes sociaux et les adaptent en comédie musicale. Il y eut Carousel, Oklahoma, le roi et moi par Rodgers et Hammerstein.1952 : le producteur Gabriel Pascal approche Alan Jay Lerne : « Je souhaiterais faire une comédie musicale de Pygmalion, le livre. Dans les années 40, les producteurs et auteurs de comédie musicale se tournent vers des romans forts et aux thèmes sociaux et les adaptent en comédie musicale.
Il y eut Carousel, Oklahoma, le roi et moi par Rodgers
et Hammerstein.1952 : le producteur. Jay Lerne : « Je souhaiterais faire une comédie musicale de Pygmalion,
le livre. Dans les années 40, les producteurs et auteurs de comédie musicale se tournent vers des romans forts et aux thèmes sociaux et les adaptent en comédie
passage du muet au parlant. Le  lm est comme leurs auteurs : ironique, nostalgique, avec de nombreuses références réelles. Il se révèle être un formidable documentaire sur l’usine
à rêve d’Hollywood et un  lm musical sans mièvrerie qui laisse la part belle aux solos, duos et trios. Gene Kelly accepte de jouer et coréaliser le  lm avec Stanley Donen alors qu’il est en plein tournage d’Un Américain à Paris. Le projet le ravit. Il réoriente le  lm vers la
FILM À REDÉCOUVRIR
MARIAGE ROYAL CREATION 1928, Berlin AUTEUR Bertolt Brecht
REPRESENTATIONS    COMPOSITEUR
350 représentations Kurt Weill
avant la  n de 1930,
le plus grand succès PRINCIPAUX
théâtral sous la Lotte Lenya (JENNY),
ACTEURS
République de Weimar. Kurt Gerrron (TIGER BROWN) Première représentation
en France en 1930 MISE EN SCENE Erich Engell
La chanson devenue l’un des hymnes de New York entonnée par les marins qui descendent à terre au début de la comédie musicale et chantée lorsqu’ils arpentent en dansant les rues de la métropole est composée comme plusieurs éléments de la partition de On the town par Leonard Bernstein dans le train qui mène de New York en Californie en plein été où Bernstein doit dirigé Fancy Free. New York New York est composé en passant par les plaines du Nebraska. Bernstein sort un bloc note, de son attaché case,
danse, prévoit d’inclure un ballet de 15 minutes autour de Broadway Melody qui sonne comme un hommage au cinéma musical de Busby Berkeley à Fred Astaire. Il signe la chorégraphie du numéro central dansé sous la pluie, qui demande un jour et demi de tournage, compliqué par la baisse de pression d’eau en  n de journée lorsque les Californiens arrosaient leurs jardins. Le comédien danseur répète minutieusement ses chorégraphies en posant des repères à la craie sur le plateau. Le  lm est vertigineux dans sa vérité : Debbie Reynolds y incarne une jeune actrice qui double la voix
de l’actrice du cinéma muet Linda Lamont, elle-même doublée pour le chant – car on ne trouve pas sa voix assez bonne – par Jean Hagen. Une histoire renversante ! Le  lm


































































































   40   41   42   43   44